Publié par : Richard Santoro | 0UTC 22 janvier 2011

Utiliser le Kinect sur son pc, tuto !

Voilà quelques temps maintenant que le premier pilote pour utiliser le Kinect sur PC est disponible. Je vous propose ici de voir les différents pilotes qui existent, après quoi nous passerons à l’installation de l’un d’entre eux.

L’histoire du kinect sur pc remonte à quelques jours après la sortie de l’outil. Les membres de la team adafruit propose 1000$ au premier qui développera un driver pour utiliser le Kinect sur pc. Microsoft réagit à l’annonce, clamant que son produit « n’a pas vocation a être détourné de son usage strictement orienté jeux-videos sur Xbox 360 ». La réaction de la team sera une multiplication par 3 de la récompense… et c’est hector, un jeune espagnol de 20 ans, qui développe, 3 heures après la sortie du Kinect en europe, de quoi récupérer sous linux les informations en provenance du kinect.

Hector, the winner

Par la suite, ce driver (dont vous trouverez une installation facile pour ubuntu sur la doc ubuntu-fr) est utilisé par une multitude de développeur donnant chacun libre cours à leur imagination (exemples ici ). J’ai pu tester différents projets, dont le prometteur Depthjs, visant à la navigation web via le kinect (au final, une installation fastidieuse et une méthode qui demande à évoluer, mais qui demeure sympa). Le driver est disponible sur Linux, Mac et Windows

La société PrimeSense, à l’origine du développement d’une partie du kinect, a quant à elle fournit un autre driver, visant à être utiliser avec ses softwares (OpenNI), et c’est celui que nous allons installer (sur windows, car mon but était de l’utiliser pour jouer et que je n’ai pas de jeux 3d sur ma distribution). Pour ma part, j’ai aussi acheté le Kinect dans une optique de « hack », notamment pour faire des présentation PowerPoint.

Vous avez sans doutes vu sur le web des personnes jouant à WOW, call of duty ou encore max payne à l’aide du Kinect, et bien ils utilisaient la méthode que je vais décrire ci-dessous.

Commencez par télécharger et installer:

OpenNI Unstable Build for Windows v1.0.0.25

PrimeSense NITE Unstable Build for Windows v1.3.0.18

La clé de licence demandée par Nite à la fin de l’installation est publique : 0KOIk2JeIBYClPWVnMoRKn5cdY4=

(Le « = » de fin n’est pas une erreur mais bien un caractère de la clé !).

Enfin, on passe à l’installation du driver du kinect à proprement parlé  :

SensorKinect Module

A ce stade, vous devez brancher votre Kinect (usb et prise courant), et Windows vous propose d’installer successivement 3 nouveaux périphériques (une de ses trois installations ne marche pas, c’est normal). Vérifiez juste que la liste de vos périphériques inclue désormais un item « PrimeSensor »), composé de Kinect Camera et Kinect Motor. L’item « autres périphériques » doit indiquer un périphérique « Xbox Nui Audio » comme non reconnu (cf explication à la phrase précédente).

Rendez vous ensuite dans le dossier « Program Files\Prime Sense\NITE\Data » pour effectuer les modifications suivantes (après avoir sauvegardé les fichiers originaux) :

Remplacez le contenu du fichier Sample-user.xml par

<OpenNI>
<Licenses>
<License vendor= »PrimeSense » key= »0KOIk2JeIBYClPWVnMoRKn5cdY4= »/>
</Licenses>
<Log writeToConsole= »false » writeToFile= »false »>
<!– 0 – Verbose, 1 – Info, 2 – Warning, 3 – Error (default) –>
<LogLevel value= »3″/>
<Masks>
<Mask name= »ALL » on= »true »/>
</Masks>
<Dumps>
</Dumps>
</Log>
<ProductionNodes>
<Node type= »Image » name= »Image1″>
<Configuration>
<MapOutputMode xRes= »640″ yRes= »480″ FPS= »30″/>
<Mirror on= »true »/>
</Configuration>
</Node>
<Node type= »Depth » name= »Depth1″>
<Configuration>
<MapOutputMode xRes= »640″ yRes= »480″ FPS= »30″/>
<Mirror on= »true »/>
</Configuration>
</Node>
<Node type= »User » name= »User1″/>
<!–
<Node type= »Audio » name= »Audio1″>
</Node>

–>
</ProductionNodes>
</OpenNI>

Dans les deux autres fichiers (sample-scene.xml et sample-tracking.xml), remplacez les blocs Licences et MapOutputMode par :

<Licenses>
<License vendor= »PrimeSense » key= »0KOIk2JeIBYClPWVnMoRKn5cdY4= »/>
</Licenses>

et

<MapOutputMode xRes= »640″ yRes= »480″ FPS= »30″/>

avant de sauvegarder l’ensemble des modifications. Vous devriez pour lancer les différentes programmes de test (situés dans sample/bin/release).

Passons maintenant à la phase finale. Téléchargez FAAST , l’outil qui va permettre d’associer un mouvement avec une touche du clavier ou de la souris. Actuellement, FAAST est en version 0.06, il supporte un large panel de mouvement, permet d’émuler tout un clavier et d’utiliser sa souris (déplacements et boutons !). Une fois FAAST téléchargé, configuré les associations touches/mouvements dans l’onglet « Actions ».

Le site de FAAST liste les mouvements disponibles et les touches associables. Nous allons faire un exemple simple, celui que j’utilise pour faire des présentations PowerPoint (attention, sous Office ca ne marche pas, ce dernier semblant trop sensible; par contre sous OpenOffice, ca fonctionne parfaitement).

Pour une présentation simple, je veux utiliser deux touches (gauche et droite), et faire défiler mes slides par un mouvement de bras d’un coté à l’autre (a la manière d’un coup au tennis).

left_arm_across 15 key left_arrow
right_arm_across 15 key right_arrow

Les associations ci-dessus permettent un appui sur la « flèche gauche » quand je fais une « traversée » sur 15 pouces avec mon bras gauche, et la même chose avec mon bras droit, mais pour la touche « flèche droite ».

Une fois votre configuration de touche faite, cliquez sur « start emulation », revenez sur l’onglet « Sensor » et appuyez sur « connect ». Au bout de quelques secondes (20 environ), vous verrez quelque chose comme ca :

Ici, FAAST me voit au travers du Kinect, mais ne m’a pas encore détecté pleinement. Il faut pour cela adopter la posture suivante :

et ne pas trop bouger (bougez quand même un peu pour être le plus « droit possible »). Idéalement, éloignez vous assez pour que le Kinect voit l’intégralité de votre corps. Trois secondes plus tard, vous devriez voir :

Vous n’avez plus qu’a tester vos mouvements. Restez sur l’onglet « Actions » pour voir quand ils sont pris en compte.

Il ne vous reste plus qu’a jouer, surfez (cf la doc de FAAST pour ce qui est de la souris) ou faire vos présentations…

Si vous avez un message d’erreur sur l’onglet Sensor, vérifiez que vous n’avez rien oublié (en particulier si l’installation des périphériques n’est pas automatique sous votre windows!). Notez que si vous aviez d’autres drivers Kinect installé avant, supprimez tout (y compris les fichiers des drivers dans system32/drivers), et retentez l’installation. Sachez aussi que plusieurs personnes sont détectables, mais seule la première semble être capable d’utiliser les mouvements.

 [MAJ 13/11/2011]

Petite mise à jour suite à un commentaire; En effet, les liens sont périmés pour les téléchargements. Donc, il vous faudra aller à cette adresse (je ne mets pas de lien direct vu que les versions vont évoluer…)

– Pour le 1er téléchargement (module OpenNi), choisissez « OpenNi Binaries » « Stable » et selectionnez le paquet en « redist » qui correspond à votre architecture windows (X86 pour du 32bits et X64 pour du 64bits)

– Pour le 2ème téléchargement (Module PrimeSense Nite), choisissez « OpenNi Compliant Middleware Binaries », « Stable » et à nouveau la « redist » de votre architecture windows (attention il y’a aussi des paquets Ubuntu dans le lot).

– Pour le 3ème téléchargement (Module Sensor), choisissez « OpenNi Compliant HardWare Binaries », « Stable » et le « PrimeSensor Module Stable » (for windows) qui correspond à votre windows.

– Pour le driver , rendez vous ici et encore une fois choisissez l’archi de votre Windows

Enfin pour FAAST, le lien du téléchargement, la version 0.09 est dispo sur le site général (adresse plus haut!).

Il semble qu’il existe un package globale (dans la section « OpenNi Packages ») mais j’ai préféré reprendre les différents éléments comme évoqués dans le tuto original, je reteste le tout sous peu histoire de vérifier mes dires.

[MAJ 19/11/2011]

J’ai finalement essayé de refaire une install, et oups, j’ai oublié un petit quelque chose dans l’update précédent. En fait, il manque les drivers, car de mémoire le « Module Sensor » (téléchargement 3 de l’update du 13/11/2011) n’est pas le driver open source (de quoi s’agit-il alors? bonne question, je creuserais ca plus tard, mais songez quand même à l’installer je pense qu’il est nécessaire). Du coup, petite modification reportée quelques lignes au dessus…

Notez aussi que contrairement à ce qui était dit dans le tuto original, les 3 parties (audio, caméra et motor) du Kinect sont installées par le driver (mais ca ne change rien pour nous…)

Sources : http://www.cleoag.ru/2010/12/10/kinect-openni/ , http://projects.ict.usc.edu/mxr/faast/

Publicités
Publié par : Richard Santoro | 0UTC 9 janvier 2011

Installer la version officielle de Bada 1.2 sur le Wave (s8500)

Il y’a maintenant plus d’un an, Samsung faisait le paris de lancer sur le marché des OS mobile sa propre plateforme, en concervant néanmoins des téléphones sous Android et sous Windows Mobile. Le samsung Wave (premier du nom, aussi connu sous l’appellation S8500) était alors lançé sous Bada.

En novembre, Samsung sortait de son chapeau le Wave II, bénéficiant d’une nouvelle version de Bada, la 1.2 . Les utilisateurs du Wave premier du nom devaient pouvoir faire la mise à jour avant fin 2010, puis durant le premier trimestre 2011.

C’est presque chose faite puisque Kies (le logiciel catastrophique de Samsung permettant la gestion du téléphone) propose de faire la mise à jour, mais uniquement à ceux disposant d’un téléphone « nu ». Comprenez par la que si votre téléphone a été acheté sous un opérateur, ce dernier aura implémenté sous propre Firmware modifié et qu’il vous faudra attendre que ce dernier propose une mise à jour.

Dans un premier temps, certains ont migré leur wave sous une version « leaked » de bada 1.2, une version de test perdue dans la nature par Samsung. La procèdure nécessité de passer par le programme multi-loader, en faisant un vrai flash (attention à ne pas se gourer dans les fichiers sélectionnés…).

Finalement, un petit malin à réussi à faire des mises à jour (de 1.0 vers 1.0.2) depuis un téléphone sponsorisé, en modifiant le registre de windows. L’idée était de faire croire à Kies qu’il s’agissait d’un téléphone nu, en indiquant un identifant de firmware « nu ». Samsung à bien vite comblé cette faille de Kies, mais un autre bidouilleur est intervenu, et c’est son « ‘hack » que nous allons utiliser maintenant.

Attention : Un utilisateur (chez Orange) semble avoir perdu ses réglages 3G à l’issue de la manipulation. Notez également que vous ne perdez normalement aucun réglages ni applications (sauf si vous faites un Hard Reset bien entendu)

Dans un premier temps, il vous faudra trouver la version 1.5.3.101103_102 de Kies. Ensuite, on récupère « Kies Registry Patcher« , qui va permettre de modifier les informations que Kies à du téléphone.

Lancez Kies puis branchez votre téléphone. Lancez en parallèle le petit soft téléchargé au dessus, et modifiez les infomations comme suit :

– code = DBT

– Firmware = S8500XXJF1/S8500OXAJEG

et enregistrez avec la touche « Write Registry ». Sous kies, demandez un update du téléphone, et « miracle », la version 1.2 vous est proposée. Une fois la mise à jour effectuée, il vous faudra sans doute passer réinstaller les drivers. Désinstallez par windows « samsung for mobile » et relancez Kies, puis réinstallez les drivers via le menu de Kies. Votre Wave indique désormais qu’il dispose d’un firmware « XXJL2 » (Je vous conseille aussi de supprimer la base de registre de Kies pour ne pas garder les informations introduites par Kies Patcher, sans quoi Kies croira que vous n’êtes pas en 1.2 et proposera a nouveau la mise à jour).

La méthode ne fonctionne plus, Samsung force la mise à jour de Kies en version 2.0. Faites la mise à jour, et téléchargez Kies Registry patcher 1.8.0.0 (cf kies « patcher xda-developers » sous google). Lancez Kies, puis le programme de patch. Banchez le téléphone une fois et déconnectez le. Gardez les deux programmes ouverts, puis remplissez les informations dans le patcher, appuyez sur « write registry » et rebanchez le téléphone. Kies 2.0 devrait proposer la mise à jour du système

Coté 1.2, Bada gagne normalement en stabilité, et voit l’ajout du T9 Trace (ou Swype) permettant une saisie par « dessin ». La liste complète des changement est disponible ici .

Publié par : Richard Santoro | 0UTC 25 août 2010

Windows 7 et les pilotes absents (cas des Geforce GO 6200-6400)

Pour ceux qui sont restés sur Vista, voir XP qui n’est plus mis a jour, le passage à Windows 7 peut être tentant. Seulement il arrive que les composants de l’ordinateur, en particulier concernant les cartes graphiques et sons des ordinateurs portables, n’aient pas de drivers adaptés.

Concraitement, une fois l’installation faite, le resultat n’est pas propice à une utilisation correcte. Je vais me concentrer ici sur les drivers vidéos et sons, avec l’exemple d’un Sony VAIO FS-415M (2004-2005 de mémoire), dont la ram a été portée de 512 méga à 2 giga (vérifier que vous avez assez de ram pour faire tourner le bestio avant de l’installer).

Une fois l’installation finie (via le dvd de Windows 7, ce modèle ne supportant pas le boot usb), je me suis retrouvé avec une résolution maximal de 1024*768, un peu court pour un écran 15 pouces. De même, je n’avais pas de son. Comme a l’accoutumée, un petit tour sur le site touslesdrivers rebrique « mes drivers » (installation d’un petit programme nécéssaire) vous permet d’avoir une liste des drivers disponibles pour votre machine.

Dans mon cas, rien pour la vidéo (une Nvidia Geforce Go 6200-6400) ni même le son (indiqué par le site précédent comme un périphérique haute définition, ni plus ni moins). Deuxième étape, le site du constructeur. Cependant, si le modèle est trop ancien, soit les drivers ne sont dispos que pour XP/Vista, soit il n’est même plus sur le site. Troisième étape, lancer Windows Update, qui propose désormais des drivers fournis par microsoft/Nvidia qu’on ne pourrait trouver ailleurs. Sur un premier pc, Windows Update m’a trouvé les drivers sont comme vidéos, parfait. Sur le modèle exposé dans l’article, rien pour le son, et le driver pour la vidéo une fois téléchargé a rendu une magnifique erreur Windows Update, impossibilité d’installer la mise à jour.

La solution est alors de récupérer le pilote en cherchant sur internet (ou sur les cd de restauration) la version XP ou Vista. Attention car il ne faut pas ici récupérer un installeur (qui refusera l’installation au milieu du processus), mais bien les fichiers directements (certains sites fournissent des archives les contenant, google vous aidera sur ce coup). Au besoin, télécharger quand même l’installeur XP/Vista, exécuter le et aller faire un tour la où ce dernier aura décompresser ses données. Une fois récupérer un dossier contenant des tas de fichiers, dont votre drivers, procédez comme suit :

Ouvrez le poste de travail (« Ordinateur »), faites un clic droit dans la nouvelle fenêtre et optez pour « propriétés/paramètres système avancés/Matériel/Gestion des périphériques ».

Faites un clic droit sur votre carte graphique (soit dans « cartes graphiques » si elle est reconnue comme simple adaptateur VGA, soit dans « autres périphériques » si elle n’est pas du tout reconnue), et choisissez « Mettre à jour le pilote ». Optez ensuite pour « Rechercher un pilote sur mon ordinateur », puis « Choisir parmi une liste de pilotes… ». Cliquez sur « Disque fourni », et naviguez jusqu’au dossier de vos pilotes. Normalement, un seul fichier sera proposé quand vous serez dans le bon dossier (son nom devrait contenir pour un pilote nvidia le mot « nv »), puis validez.

Une liste de matériels utilisant se pilote est proposée, choisissez le votre et validez. Il ne vous reste plus qu’a rebooter, et le tour est normalement joué. Du coté du son enfin, sachez qu’il y’ a de grandes que votre carte soit basée sur une puce realtek, allez donc faire un tour par ici, pour ma part j’ai pris le premier (r2.51), et ca marche niquel.

Dernière chose, certains pérophériques peuvent ne pas être reconnus sans réel problème pour l’utilisateur lambda (co-processeur, etc).

Publié par : Richard Santoro | 0UTC 17 août 2010

Sun & Oracle, ou comment l’europe a tué le logiciel libre

L’UE a autorisé il y’a quelques temps déjà (Janvier 2010) le rachat de Sun par Oracle, autorisation semble-t-il nécessaire dans la mesure où les deux entreprises étaient concurrentes.

Quel est le problème alors? Le problème est le suivant : cette même UE qui réclame l’ouverture de divers marchés (énergie et transport) à la concurrence autorise une société à en manger une autre en sacrifiant totalement ce même principe de concurrence. Les réactions sur le web ne s’étaient pas faites attendre, mais comme toujours la critique ne suffit pas. A l’origine, l’UE avait même refusé le rachat du fait du problème posé par MySQL, moteur de base de données concurrent des produits Oracle DB.

Du coté des conséquences, c’est la mort assurée de certains produits Sun, du moins dans leur forme actuelle. Si vous ignorez ce que faisait Sun Micro-System, et bien voici quelques exemples. Le plus connus, JAVA. Cette petite tasse de café qui vous demande sans arrêts d’être mise à jour, et qui permet plus ou moins le support du langage du même nom. Moins connu mais tout de même populaire, la suite OpenOffice.org, concurrente libre de Microsoft Office. Et enfin, les nombreux autres produits inconnus du grand public, MySQL cité plus haut, VirtualBox, et les OS solaris.

Du coté de MySQL, l’UE à validé le rachat puisqu’il existe une alternative libre, PostGres SQL, qui je vous conseille d’utiliser (nécessite quand même un temps d’adaptation). Autrement dit, l’UE autorise le sacrifice puisqu’il reste d’autres solutions. Seulement, Oracle ne s’est pas géné, et comme attendu, certains produits sont devenus payants. C’est le cas de l’OS Solaris, abandonné par IBM depuis l’annonce. Pour OpenSolaris, la version libre, Oracle restait silencieux, et vient d’annoncer que le produit ne serait pas maintenu.

Le sort d’OpenOffice reste à définir, même si pour le moment Oracle joue le jeu et continu le travail initial de SUN (sans pour autant qu’on sache si le produit restera pleinement gratuit à terme), une bonne chose en l’absence d’alternative gratuite et fiable à « OOO ». Quant à VirtualBox, l’avenir nous le dira…

Publié par : Richard Santoro | 0UTC 3 août 2010

L’entreprise ou le grand foutage de gueule

Vulgarité de mise pour ce petit poste qui s’ajoute à la catégorie « humeur » très vide. Constat simple, les entreprises se foutent de la guele des postulants. Pourquoi ? Je ne détaillerais pas le pourquoi de ma recherche de poste, mais sachez juste que de plus en plus d’entreprise, en plus de demander des qualifications et expériences selon moi démesurées pour des postes bidons, se permettent (alors qu’elles sont à la recherche d’un candidat) d’ajouter à leurs offres cette sublime mention « En l’absence de réponse de notre part dans x semaines (2 à 3 selon l’entreprise), veillez considerer qu’aucune suite n’a été donnée à votre candidature ».

Je trouve ca particulièrement honteux que des entreprises de toute taille, et encore plus en ce qui concernent les grands groupes qui invoqueront probablement une question de moyens, disent aux postulant d’aller ni plus ni moins se faire mettre, et qu’on ne leur accordera même pas une minute (je ne pense pas qu’il faille plus de temps pour faire un mail de refus) pour leur indiquer qu’ils ne sont pas retenus…

Publié par : Richard Santoro | 0UTC 30 juillet 2010

Les jeux gratuits sur steam

Vacances, plages, etc sont de mises en ce magnifique mois de juillet. Pour ceux qui ont la chance d’être dans un endroit propice à ces dernières. Pour les autres, ceux qui s’ennuient chez eux sur leur pc à rafraichir en boucle la page de google news, et bien il est temps de changer.

Que les flémmards se rassurent, ils peuvent rester sur le pc. Je vous propose aujourd’hui de jouer à quelques jeux gratuits, via steam.

Partant du constat que le jeu Alien Swarm était gratuit, j’ai voulu voir si d’autres jeux partagaient le même sort. Et c’est bien le cas. Un utilisateur du forum Steam a même pris la peine de les lister à cette adresse.

Les jeux sont listés avec un lien direct pour l’installation (install) et un pour voir la page steam dudit jeu (storefront).

Concernant les mods, beaucoups utilisent le « source SDK » (bien que la page storefront de chaque indiquera HL2). Ils vous faudra donc un jeu source (CS, DOD, HL, etc) pour les utiliser.. Un jeu payant donc, à moins que vous ne prenniez pas peine de lire l’ensemble de la page du forum.

Anéfé, l’utilisateur a lister deux offres qui vous permettent, à condition de possèder une carte ATI ou NVIDIA (donc quasiement tout le monde), de télécharger HL2 : Deathmatch et Hl2 : lost Coast, de quoi récupérer le précieux SDK.

Enfin, pour ceux qui ne connaissent rien à steam, sachez que la création de compte est gratuite…

Publié par : Richard Santoro | 0UTC 26 juin 2010

Facebook, l’assassin du web.

Encore un petit billet qui touche à la vie privée, même si ce n’est pas a proprement parlé son sujet.

Internet subit d’après moi une perte constante de qualité . Les opérateurs peinent à fournir les services vendues ( mention spéciale a free qui enchaine les procès et accuse france télécom), le gouvernement qui tente de limiter toutes les formes d’utilisation qui nuise à ses prérogatives et son désir de tout controler en banissant l’anonymat sous couvert de « s’il n’a rien à se reprocher, pourquoi devrait-il craindre la surveillance », google qui devient big big big brother… que d’ombres au tableau.

Mais ce de la qualité au sens de rapidité et de confort qu’il s’agit là. Depuis peu, un certains nombre de sites ne sont soient plus accessibles du tout depuis ma connexion (allocine par exemple, que je vous conseille de quitter au profit de comme au cinéma, bien plus fluide et très bien conçu, tout est à porté de clic, avec un design sobre) ou sont devenus incroyablement lents. Et pour cause, le navigateur web attends la réponse de serveurs répondant au nom de … « *.connect.facebook.com » (généralement ak.static.connect.facebook.com), et ce pendant plusieurs minutes.

Après recherche, il s’agit en fait d’un module qui permet la connexion à facebook depuis ces sites. Et si comme moi facebook et consors vous emmerde au plus au point, il est temps d’agir, et de retrouver son confort. Pour ce faire, installez adblockplus (un classique aujourd’hui pour un web plus propre).

Pour ceux qui ne connaissent pas encore cette extention firefox, elle permet de bloquer une très large gamme de publicités (images, zones de texte, scripts ou éléments en flash) d’une page, pour surfer sans subir les assauts répétés des coquines qui habitent juste à coté de chez vous (quelle chance n’est ce pas?), sont seuls chez elles et parle un anglait made in google traduction!

Le blocage de base se fait selon une liste « officielle » fournie avec le plugin, mais il est possible d’ajouter soit même des filtres. Et c’est l’objet de ce billet. En ajoutant une ligne pour bloquer les références aux serveurs de facebook, vous vous débarasserez des temps d’attente anormalement longs. A vous de choisir à quel point le filtre est restrictif, mais voici le mien, à titre d’exemple « *facebook.com », couplé à « *fbcdn* ».

Bon surf à tous…

Publié par : Richard Santoro | 0UTC 25 juin 2010

Football, presse et politique, je t’aime (moi non plus)

La presse française, comme à son habitude, s’evertue à critiquer l’équipe de France de football. Comme à son habitude, car c’est un talent particulier qu’on les journalistes français de soutenir quand tout va bien, et de critiquer sur fond de « je vous l’avais bien dit » quand la bataille est finie (Ne soyons pas pessimiste, elle a aussi l’incroyable faculté de donner des noms,parfois modifiés, aux coupables/présumés coupables/victimes d’affaires en cours, sans se soucier de l’avis des intéressés.) Mais l’intéret que je porte au football étant plus ou moins égale à 0, passons au problème suivant, celui de la responsabilité.

Devant qui l’équipe de france doit elle est responsable? Et qui désigne cette « équipe de france »? Joueurs ou conception plus large incluant entraineur et dirigeants.Les deux sans doutes. Ce qui est cocasse dans cette histoire, c’est qu’un homme décrié depuis plus de deux ans pour son incompétence soit resté en poste jusqu’a l’évenement majeur de ce sport. Ce qui l’est encore plus, c’est qu’une ministre (qui, comme tous les autres change de ministère si vite qu’on se demande si une quelconque spécialité est exigée) demande des comptes à cette équipe, alors qu’elle doit elle même en rendre pour une gestion déplorable de la pandémie de grippe A, fait plus important qu’une compétition sportive selon moi…

Publié par : Richard Santoro | 0UTC 31 mai 2010

Archlinux

Vous l’avez peut être remarqué, mais je n’ai pas posté d’article concernant la nouvelle Ubuntu (10.04). La raison est simple, j’ai décidé de changer de distribution, et ce pour plusieurs raisons. D’abord, l’aspect graphique d’ubuntu et l’intégration de nouveaux éléments destinés au support des réseaux sociaux. Bien que paramètrables et pouvant être totalement retirés, je trouve cette orientation assez douteuse (du violet moumoute partout, des clients twitter et compagnie…). Ensuite, le cloisonnement des dépots. S’il on veut suivre complétement l’évolution des logiciels sans faire de « pinning » ou sans entrer dans de grosses galères du fait des dépendances, Ubuntu n’est pas adaptée. Enfin, l’envie de changer un peu d’air et de mettre un peu plus les mains dans le cambouis a aussi joué son rôle.

Pourquoi Archlinux? Parce qu’elle répond aux « questions » précédentes, et que son évolution est quotidienne, et que les mainteneurs des dépôts sont très réactifs. Ensuite parce que les gestionnaires de paquets Pacman et Yahout (pour les dépôts AUR) sont plus que performants. L’installation n’a pas toujours été facile (problème de police, etc), mais au final mes deux installations fonctionnent parfaitement.

Publié par : Richard Santoro | 0UTC 20 avril 2010

Un petit point sur Hadopi

Petit, tout petit même. Inutile de revenir sur le pourquoi de la chose, pas la peine non plus de rappeller les divers boulettes de l’état avec Hadopi :

– Violation des droits du groupe mgmt par l’ump à l’origine de la loi.

– Violation des droits d’auteurs de deux artistes dans l’espèce de clip propagande de l’ump (avec les petits chanteurs, souvez-vous).

– Distribution par l’élysée de DVD d’un reportage dont les droits n’avaient pas été acquis

– Oublie de renouveller l’adresse du site j’aime les artistes, etc.

Ce qui est intéressant par contre, c’est de voir au travers d’un site (clubic en l’occurence) les dernières infos à ce sujet. D’abord, sachez que la chasse à commencée, et que la présence d’un web sous controle total comme le font désormais d’autres pays n’est pas loins, sous couvert de chasse au pédophile menée par la LOPPSI.

Notez ensuite que la France n’est pas le seul pays à été tombé dans la couillonade, renseignements ici.

Pour ce qui est de la france, la chasse aux vilains pirates (qui finalement se font plus de mal à eux même qu’autre chose en regardant des screeners pourris en 30×15 pixels) a commencée, sur Emule notamment puisque des serveurs bidons existent pour recueuillir les adresses IP des contrevenants (cf ici), qui semblent-ils ne font pas tant de mal que ca…

Enfin, attendez vous à vous faire chopper pour rien, parce que la réponse à ce genre de système existe, et qu’elle permet d’impliquer n’importe quel innocent dans vos transactions illicites !

Rassurez vous, les gens à l’origine de ses lois sont compétents et savent ce qu’ils racontent…

« Newer Posts - Older Posts »

Catégories