Publié par : Richard Santoro | 0UTC 25 février 2009

Gran Torino

A l’aise derrière comme devant la caméra, Clint Eastwood revient cette année (quelques mois après « L’echange ») des deux cotés de la caméra, quatre ans après « Million Dollar Baby ». Loins des rings, il interprète ici un vétéran de la guerre de Corée grincheux, qui voit son quartier devenir le terrain de jeu d’un gang local.

grantorinoaffiche

L’affiche du film

Raciste et anthipatique, le personnage de Walt Kowalski évolue d’une manière relativement attendue, mais fait preuve d’une détermination sans fin lorsque sa « vision du monde » est changée par les évenements et les hommes qu’il découvre, le tout tournant (presque) autour de la voiture qu’il chérie dans son garage, une Ford Gran Torino issue d’une chaine de production sur laquelle il travaillait.

Encensé par la critique amateur et professionnelle, le dernier Eastwood vaut le détour, mais n’est pas l’oeuvre la plus aboutie du réalisateur. La prestation sans failles de ce monstre sacré du Cinéma, agé de 79 ans, restera sans doute le principal attrait du film.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :