Publié par : Richard Santoro | 1UTC 21 juillet 2008

La 37ème Heure

Après les aventures de l’inspecteur Bosh issues de l’imagination de Connelly, j’avais décidé, attiré par le titre (qui me rappelle quelque chose, mais impossible de savoir quoi) et la couverture, d’investir dans le premier livre de Jodi Compton, « La 37ème Heure ».

Ce choix résulte de la volonté de lire une œuvre autre que celles de Connelly, tout en restant dans le « polar ». Après avoir lu la moitié du livre, je décide d’aller jeter un coup d’œil aux critiques de ce livre qui a obtenu le « prix des lecteurs 2008 ».

Et « surprise », les critiques des lecteurs sont très mauvaises. Certains dénoncent une histoire imbuvable, d’autres une fin désastreuse. Une fois le livre achevé, il n’est pas nécessaire de trancher entre ce qu’est le problème du livre, puisque les deux diagnostiques se combinent à la perfection. L’histoire, celle d’une jeune flic américaine à la recherche de son disparu mari, lui aussi policier, est plate: on s’ennuie du début à la fin, le dénouement est grotesque. La rédaction, souffre de lourdeurs dues à cette sensation qu’il ne se passe rien d’important, (le personnage semble avoir égaré un vieux T-shirt et non son mari), le tout combiné à une mauvaise utilisation de la première personne qui ne parvient pas a retransmettre les émotions. En somme, malgré un résumé sympathique et une idée de départ qui aurait pu être mieux exploité, ce livre est une énorme déception.

Prochaine étape, « La Glace Noire » de Connelly…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :