Publié par : Richard Santoro | 1UTC 4 mars 2008

Savoir s’arrêter : Surexploitation de licences et autres abus

Ce n’est un secret pour personne, les professeurs du secondaires nous l’ont rabâché des centaines de fois, nous vivons dans une société de consommation (de masse). Cela étant, on assiste de plus en plus à un surexploitation de tout (et surtout de n’importe quoi). Plutôt que de nous proposer de nouvelles choses, les individus à l’origine des produits auxquels nous pouvons prétendre nous ressortent toujours la même formule, et tous les secteurs du monde culturel sont touchés.

A l’origine de cette gueulante, c’est mon surf du jour qui m’a conduit à une découverte honteuse, une quatrième volet de la sage « Shrek. Un ça va, deux c’était déjà trop. Ce phénomène est cependant courant au cinéma, on fait un film bien, puis on reprends le nom pour nous servir de la merde. Cette tentative de faire passer des vessies pour des lanternes connait une nette progression ces derniers temps, notamment avec Saw ( les volets 5 et 6 ayant été confirmés, ainsi que l’adaptation en jeux-vidéo), Jurassic Park qui revient pour la 4ème fois malgré un épisode 3 totalement nul, et j’en passe.

2005_07_21_shrek_cat1.jpg
Ce n’est pas en faisant cette tête qu’on oubliera que les producteurs se moquent de nous

Concernant le petit écran, la gangrène est la même. Si depuis plus de 20 ans de nombreuses séries américaine un peu bêtes du genre Happy Days ont connu de nombreux Spin-off, ce n’est pas tant cela qui me dérange mais plutôt le fait que l’on continu à produire des séries qui n’ont plus rien dans la pantalon. Prenons un exemple simple, les CSI. Malgré que je sois un fan absolu des trois versions (Vegas, Miami et New York), je déplore que la série originale continue sans prendre aucun risque. 8 années déjà que Grissom et son équipe traquent les vilains. Il est temps de s’arrêter! Malheureusement, l’expérience montre que l’absence de renouvellement de l’intrigue ne suffit pas à mettre un terme à une série quand elle est encore bonne, avant de sombrer dans l’infini néant de la nullité absolue. Certaines séries telles que « Des jours et des vies » (un machin genre feu de l’amour, roger aime marcel qui couche avec bernard qui promène le chiant d’alfred etc..) dure depuis 45 ans, Law and Order depuis 18 ans, sans compter qu’elle à 4 spin-off.
Du côté des émissions, alors la c’est le cauchemar total, ceux qui regardent encore ont le droit aux 100 meilleurs des 500 plus top méga mieux du trop méga drôle avec du vu et revu et tellement revu qu’on se demande comment le public reste accroché à ces conneries. Sans oublier bien entendu, les stars académies et autres monuments de la stupidité nommés télé-réalité par les uns, télé-poubelle par les autres.

Coté musique, on est relativement épargné. Les vrais artistes se font de plus en plus rares mais perdurent et semblent ne pouvoir être détourné par les producteurs, et la mort atteins généralement les groupes quand ils sont encore bons. Les majors ne prennent plus de risques et râlent après les pirates responsables de tous les maux, et l’on ne peut considérer les merdes servies par TF1 et M6 comme des artistes.

images1.jpg

Les jeux vidéos sont aussi à l’origine de mon « coup de gueule ». La encore, les développeurs se foutent du monde. Entre la nintendo Ds qui accueille 500 jeux de gestions de poney ou toilettage chiens/chats et au autant de Brain Training par jour, et la surexploitation sur d’autres consoles de licences juteuses qui avaient un intérêt au départ puis qui se sont « médiocrisées » avec le temps, telles que Guitar Hero ou Sing Star. Coup moindre, bénéfice énorme, voilà la nouvelle politique.
A cela s’ajoute l’éternel problème d’adaptation qui existe entre le cinéma et les jeux vidéos. On adapte sur console des films eux mêmes parfois adaptés de comics, ou l’inverse, ce qui donnent dans les deux cas des horreurs (un petit tour sur google vous amènera à la bande annonce du film Far Cry), dont beaucoup sont encore à venir : prince of persia, etc…

Voilà, le post s’arrête là, la spiral de la médiocrité continue, et la fin n’est pas pour demain…

Publicités

Responses

  1. Il est vrai que la plupart des suites des films sont moins bien que le 1er .C’est pour l’argent ou pour avoir pris la grosse tête!? Cependant, je ne suis pas d’accord sur Saw. Certes le 2 et le 3 ne sont pas aussi bien que le 1er mais cela nous indique beaucoup de choses sur le personnage principale,le 4 aussi nous montre pourquoi il est devenu « méchant ».

  2. Spoiler :
    Le personnage principal est le créateur de l’orangina rouge.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :